Fait à Gouaix, le 16 juin 2020

Bilan moral de Août 2019 à septembre 2020

Introduction:

Ce premier bilan est l’occasion de revenir sur les 13 premiers mois d’activité de notre association qui ont été riche en rencontres et en questionnement. Au fil des échanges avec beaucoup d’acteurs et des différents constats des besoins du terrain, l’association a réussi à être force de proposition et a su faire preuve d’adaptation. Le premier constat a été très positif : les besoins sont là et les objectifs (développement des connaissances et des compétences humaines adaptées) et la philosophie défendue (non-jugement, positivité) sont parfaitement en accord avec les demandes. Les acteurs de l’association (informaticiens et chargées de prévention) sont parfaitement capables de répondre de façon optimale aux missions qui leur sont confiées.

Les premiers mois d’activités ont été denses et très encourageant. Un rendez-vous, une rencontre en amenant d’autres toutes aussi riches comme vous pourrez le contacter dans le développement des différentes actions menées qui seront détaillées dans ce présent bilan.

Malheureusement, la crise sanitaire que la France et le monde entier ont connue en ce début 2020 a freiné notre activité et mis en parenthèse plusieurs projets mais c’est avec beaucoup d’espoir que nous voyons les choses recommencer depuis quelque temps.

Philosophie d’Esprit Qui Clic

Né de la rencontre entre deux mondes : l’univers de la prévention en santé et celui de l’informatique, l’association vise à rendre le monde numérique plus facilement abordable pour tous, de façon responsable et la plus sure possible. Pour atteindre ces objectifs, l’association s’appuie sur trois leviers :

-l‘inclusion numérique :

Dans notre société de plus en plus connectée où nous sommes pour la plupart amenés à utiliser un outil connecté (ordinateur, téléphone portable, tablette, téléviseur, bornes diverses…), il devient urgent de soutenir toute la population à se familiariser avec ses technologies afin de ne laisser personne exclu.

L’éducation aux écrans et le développement des compétences humaines:

Quel que soit l’âge des personnes, le numérique comme tout outil demande une certaine connaissance technique et le développement de compétence plus large comme l’esprit critique, l’esprit créatif, l’empathie, le respect de soi, la gestion des émotions, etc…

Nous faisons le choix de regrouper ici les deux derniers leviers car lors de nos interventions auprès du public les deux sont intimement liés. Pour paraphraser Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Cette citation s’applique parfaitement au monde du numérique qui semble sans limite et souvent déshumanisée.

Genèse d’Esprit Qui Clic

C’est le 8 août 2019 que l’assemblée constitutive signe le démarrage de l’aventure d’Esprit Qui Clic ». Elle est composée de deux membres du bureau en la personne de Madame Bernkens Édith (présidente et secrétaire) et Madame André-Jean Céline (vice-présidente et trésorière), toute deux issues du monde de la prévention en santé. Les bénévoles de l’association sont deux informaticiens : Mr Marie Arnaud et Mr Humberdot ainsi qu’infirmière psychiatrique Mme Simore Edwige et une collégienne Mlle Audrey Marie—Bernkens.

Les statuts de l’association sont adoptés et le bureau constitué, l’aventure peut commencer.

Le 10 août de cette même année, l’association fait la demande et paraît au journal officiel quelques jours plus tard. (voir pièce jointe).

Le 2 octobre 2019, après plusieurs recherches et comparaisons, l’association rencontre le directeur de la banque « crédit agricole » de Bray Sur Seine. Le 30 octobre la présidente signe le contrat avec cette banque. Le choix a été motivé par la volonté de la banque de rester proche de ses clients et des projets locaux. (Ce bilan moral sera accompagné d’un bilan financée détaillé)

Les rencontres:

  1. Le réseau CANOPE

Le 13 septembre 2019, l’association par le biais des membres du bureau se présente auprès de l’équipe du réseau CANOPE 10 à Troyes.

Le réseau CANOPE, anciennement CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique), est un établissement public qui édite, informe, produit, diffuse, forme et propose des ateliers destinés aux professionnels de l’enseignement.

Le 25 septembre, la présidente assiste à la présentation et l’expérimentation d’un outil pédagogique appelé « Médiasphère » se présentant sous forme d’un jeu de plateau ludique autour de l’éducation aux médias. Ce même jour, l’association commande cet outil qui sera réceptionné le 7 octobre.

L’association acquiert également plusieurs publications autour du même sujet qu ‘elle mettra à disposition du public lors de ses prochaines actions.

L’accueil fait par le personnel du réseau est très encourageant pour notre jeune association.

  1. L’association Terre Avenir

Voir Action numéro 1

  1. Les promeneurs du net.

Rencontrés le 6 février 2020 à Troyes. Notre association a pu échanger autour des buts, des outils et des possibilités d’échanges entre les deux organismes. Des projets sont évoqués, un projet est en cours pour le salon de la santé de Romilly-sur-Seine.

Les actions :

1) L’association Terre Avenir et son forum du numérique.

Le 8 octobre, l’association a rencontré les membres de l’association « Terre Avenir » (association proposant des actions pour la promotion du développement durable). Á la suite de cette rencontre « Esprit Qui Clic s’est associé au projet de « Forum du numérique » qui s’est tenu en novembre 2019.

Nous avons contribué à la promotion de l’action et avons proposé un stand ainsi que des ateliers lors de cette semaine.

Les dates :

-29/10/2019 : montage du stand

-31/10/219 : explication de l’exposition et préparation de la semaine

-du 4/11/2019 au 9/11/2019 : présence de l’association sur l’exposition.

-le 5/11/2019 : en remplacement de la BPDJ (Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile) ne pouvant être présente ce jour-là, l’association a proposé le même atelier que prévu le 6 novembre.

-le 6/11/2019 : Animation de l’atelier « Et toi tu « clic » quoi ? »

Le stand (nommé pour l’occasion « citoyens du net »):

Plusieurs outils pédagogiques (fiches-outil disponible sur demande) étaient proposés :

-L’ « ordi éclaté » 

-Le dico des mots du numérique

-Mon premier site

Ainsi qu’une borne interactive « Comment ça marche », l’outil de CANOPE « médiasphère » et les publications de ce réseau.

La présidente de l’association ainsi qu’un bénévole Mr Marie (qui a mis à disposition du public et de l’association gratuitement les ressources de sa société à savoir tous le matériel informatique présent) ont été présents toute la semaine et ont été rejoint le samedi par Mme André-Jean, Mademoiselle Marie–Bernkens et Mr Humberdot le samedi.

Les ateliers :

« Et toi tu « clic » quoi ? »

Objectif : développer un esprit critique face à internet « cet atelier propose un échange dynamique et ludique visant à critiquer messages et indications rencontrées couramment lorsque l’on utilise internet. Sous forme de débat mouvant, chacun est invité à se positionner face aux choix proposés sur le web (réseaux sociaux, sites marchands, mails frauduleux…) »

Bilan de l’action :

Le stand :

-39 acteurs présents (instituts de recherches, laboratoires, associations, services de l’état, entreprises, collectivités)

-Participation à l’exposition de 800 m²

-Sur l’exposition sont passés :

-81 classes de 28 établissements différents (30 cl écoles, 39 cl collèges et 12 cl lycées)

-3 groupes de jeunes adultes

-300 personnes « grand public » (personnes seules, familles ou groupes)

Les ateliers :

Le mardi, il y a eu 6 séances de 45 minutes : 2 classes de 4ème, 2 classes de 5ème, 2 classes de primaire.

Le mercredi, il y a eu 3 séances de 45 minutes : 2 classes de collège et 1 classe de lycée.

Conclusion :

Notre participation à cet événement a permis de rencontrer de nombreux partenaires en plus des membres de terre avenir. Ces prises de contact ont permis la mise en place de plusieurs actions (dont vous retrouverez le détail ci-après) notamment avec le collège de Lelorgnes de Savigny de Provins, la Mission Locale de Provins.

D’autres actions étaient également en cours d’élaboration mais le confinement dû à la pandémie n’a pas permis leurs réalisations.

Les mini-ateliers présentés sur le stand ont rencontré un franc succès. Des jeunes sont revenus avec leurs parents en visite libre après leurs passages dans le cadre scolaire. Le peu de temps disponible pour les ateliers a créé une frustration positive très visible et exprimée tant par les jeunes que leurs accompagnants. La présence d’informaticiens couplés à des acteurs de la prévention a été un énorme atout pour pouvoir répondre aux questions et alimenter des débats avec les différents publics.

Les ateliers ont été apprécié et la participation des jeunes et de beaucoup d’accompagnement était au rendez-vous. Les professeurs accompagnateurs ont en général remercié l’animatrice et certains ont même laisser un petit message pour l’association dans le livre d’or !

Nous pouvons donc considérer que l’approche proposée était la bonne : ludique et non jugeante. L’association a été conforter dans sa volonté de mettre en avant les solutions et l’éducation plutôt que les risques et dérives liés aux numériques.

  1. Le « Nogent Game »

Le 14 novembre 2019, la présidente a rencontré les organisateurs (service jeunesse de la ville de Nogent-sur-seine) et partenaires de l’événement « Nogent Game » du 23 novembre 2019 à l’espace « Agora » à Nogent sur Seine. Cette rencontre a été possible grâce aux connaissances et l’implication de Madame Simore (bénévole).

Cet événement est un festival du jeu vidéo, des loisirs et métiers du numérique.

L’association a proposé un stand (même configuration que pour le forum du numérique de provins) :

-L’ « ordi éclaté » 

-Mon premier site

-La borne interactive en libre-service

-Le dico des mots du numérique

Ce choix a été motivé par l’éclectisme du public visé (enfants, adolescents, parents…) et cela c’est avéré réussi. En effet, l’événement très festif proposant beaucoup de possibilités de jouer soit à des jeux vidéo soit à des jeux de plateau ne semblait pas attirer beaucoup de personnes venant chercher des informations plus « sérieuses ». Pourtant le stand n’a pas désempli de la journée, ne laissant que peu de temps de pause aux deux bénévoles présents : Mme Bernkens et Mr Marie.

Les plus jeunes et leurs parents ont été attiré par le mini-atelier « ordi éclaté ». Contrairement à l’expérience du forum du numérique, les familles étant en « visite libre » ont pu consacrer plus de temps à l’animation ainsi les enfants ont pu expérimenter l’outil au maximum de ses possibilités : manipulations et explications de chaque pièce de l’ordinateur, jeu des vignettes et remontage de l’ordinateur. En moyenne les participants restaient sur l’activité une vingtaine de minutes, l’atelier était proposé au début à un groupe (famille, amis…) mais à dù être très vite adapté vers 11 heures pour accueillir en simultané deux groupes. Cette adaptation avait été pensée en amont et n’a posé aucun problème si ce n’est une fatigue supplémentaire pour l’animateur.

Les adolescents se sont essayé au codage informatique grâce à l’atelier « mon premier site ». là encore le principe de l’accès libre de chacun a permis de proposer l’animation de façon optimale.

Accompagnés par un informaticien, les jeunes ont pu coder une page internet contenant un message simple accompagné d’une image si le désirait. Trois postes informatiques étaient à disposition et l’atelier durait entre 15 et 30 minutes voire plus pour des échanges personnalisés avec Mr Marie sur son expérience professionnelle. Au total, 19 jeunes ont été au bout de la création de leur page et sont repartis avec un flash code permettant l’accès à leur création (hébergée par notre partenaire Canna Indica gratuitement). La difficulté majeure rencontrée a été le problème de connexion de la salle avec un signal Wi-fi faible et le besoin de recourir au partage de donnée numérique des portables des animateurs ce qui compliquait la configuration du matériel dans le laps de temps prévu pour l’installation du stand. En parallèle de cette animation, l’informaticien a aussi donné des conseils à plusieurs personnes (et certains parents) sur les débouchés offerts par le web dans le domaine de la programmation.

La borne interactive a également été utilisée par différents publics de tous âges : les enfants utilisant les petits jeux et les jeunes et adultes cherchant des réponses en matière de sécurité informatique sur internet. Malheureusement, l’afflux de public sur le stand a peu permis aux animateurs présents d’accompagner ses recherches. Néanmoins voici quelques chiffres issus des statistiques de la borne : pour rappel la borne contient deux volets l’un contenant les explications du dico des mots du numérique (outils proposés à côté de la borne sous forme de kakemono) et l’autre apportant des explications sur les certains aspects techniques du monde du numérique ainsi que des conseils de sécurité, le tout proposé de façon ludique avec de quelques petits jeux.

La partie « dico du numérique » a été sollicitée 45 fois :

13 vers l’accueil de cette partie3 vers «geek »1 vers « hacker »
5 vers « clé USB »2 vers « génération y »1 vers « TCHAT »
3 vers « cyberharcellement »2 vers « identité numérique »1 vers « wi-fi »
3 vers « bitcoin »2 vers « courriel »1 vers « achats intégrés »
3 vers « mélatonine »2 vers « courriel »
3 vers « fake news »2 vers « PEGI »

Nous pouvons en déduire que les utilisateurs avaient des attentes différentes.

La partie « technique » a été sollicitée 73 fois :

19 vers l’explication sur internet10 vers l’explication de la route empruntée par un courriel
15 vers l’explication des sites web9 vers l’explication sur les noms de domaine
14 vers les conseils de sécurité4 vers l’explication sur le DNS

Cette partie a été visitée plus de fois, cette partie comportant des jeux et donc étant plus ludique est donc plus intéressante pour le public visé. On remarque ici un intérêt important pour la compréhension de l’univers du web et aussi le besoin de sécurité.

Au total, la borne a été sollicitée 118 fois, il est impossible de savoir combien de personnes ont pu en bénéficier mais les animateurs ont constaté une utilisation quasi constante de l’outil tout au long de la journée par soit des personnes seules, soit des groupes et très souvent des appels entre participants au forum pour venir échanger autour de la borne.

Le dico des mots du numérique a surtout permis des échanges avec les partenaires présents lors de l’installation et en fin de journée car les animateurs étaient constamment occupés avec d’autres outils sur le stand. Néanmoins nous avons constaté régulièrement des attroupements devant l’outil et des sollicitations des animateurs sur le stand pour avoir plus d’informations sur certains termes.

Conclusion :

Cette journée fut riche en échange. Les deux animateurs ont été sollicités toute la journée et le stand a eu un succès visible par le nombre de participants constant et régulier. Les organisateurs ne nous ont pas communiqué le bilan de l’action. Une collaboration avec les services jeunesse de Nogent-sur-Seine est envisagé dans le futur.

3) Le projet au collège Lelorgnes De Savigny à Provins

Le 21 novembre, l’association a rencontré deux professeurs du collège «  Lelorgnes de Savigny » afin de mettre en place un projet d’éducation aux écrans dans l’établissement dans le cadre de la semaine du numérique de l’établissement. Ces professeurs avaient été rencontrées lors du forum du numérique de Provins.

Une action en 3 phases :

a) Atelier d’animation auprès des classes de 5°année : “Esprit critique et identité numérique”

Rappel des dates et horaires :

L’animation s’est déroulée sur 1 heure/cour.

Elle a été réalisée sous forme de débats mouvants dans les locaux du CDI.

b) Atelier d’animation auprès des classes de 4°année : “Paramétrage des réseaux sociaux”

Rappel des dates et horaires :

L’animation s’est déroulée sur 1 heure/cour.

Elle a été réalisée sous forme d’information/débat dans les locaux du CDI.(sauf pour la classe de 4°3 : animation faite en classe 223).

c) Stand « permanence » dans les locaux de la permanence « jaune »

Le vendredi 28/02/20 de 9h à 16h.

Deux outils étaient proposés en plus d’échanges avec la chargée de prévention:

-Le jeu de plateau « Médiasphère » édité par Canopé.

-Le « Dico du numérique » proposé par l’association elle-même.

Évaluation :

a) Ateliers visant les 5° (en annexe les chiffres complets du dépouillement des questionnaires) :

Il a bénéficié à 135 collégiens qui ont tous rempli un questionnaire.

82% a trouvé l’atelier intéressant (contre 16% d’ennuyeux et 2% sans réponses) et 28 ont souligné leurs intérêts par une remarque en fin de questionnaire.

Pour la durée de l’atelier, les avis sont partagés: 48% a trouvé l’atelier trop long et 47% trop court et enfin 5% n’a pas répondu.

80% souhaite la reconduction de l’atelier l’année prochaine pour leurs successeurs en 5° contre 16% qui sont contre et 4% qui ne se prononcent pas.

Nous avons proposé d’évaluer l’atelier sur 20. La moyenne globale est de 15,3/20, avec des notes moyennes par classe allant de 13,3 à 17,6.

En conclusion :

L’atelier a majoritairement plu, la station debout a été difficile pour beaucoup d’élèves et il y avait une difficulté à s’écouter pour plusieurs classes. Plusieurs élèves ont souhaité qu’il y ait plus de questions et moins d’échanges verbales.

Pistes d’amélioration :

  • Proposer l’animation en demi-classes pour favoriser des échanges moins longs et l’expression de chacun.
  • Proposer l’animation sous une autre forme qui permettrait la station assise (sachant que cette solution enlève du dynamisme et le travail de l’expression de ses opinions par le corps).
  • Proposer plus de questions (équilibre à trouver pour garder la richesse des échanges)

b) Ateliers visant les 4° (en annexe les chiffres complets du dépouillement des questionnaires) :

93% a trouvé l’atelier intéressant (contre 7% d’ennuyeux) et 61 remarques ont souligné l’intérêt de l’atelier (appréciation, utilité, etc…)

73% a trouvé l’atelier trop court (contre 15% trop long et 12% qui n’a pas répondu) et 12 remarques demandent plus de temps.

92% souhaite la reconduction de l’atelier l’année prochaine pour leurs successeurs en 4° contre 6% qui est contre et 2% qui ne se prononce pas.

Nous avons proposé d’évaluer l’atelier sur 20.La moyenne globale est de 17,1/20, avec des notes moyennes par classe allant de 15,2 à 18,7.

En conclusion :

L’atelier a beaucoup plu, il semble bien répondre aux demandes et besoins des collégiens.

Pistes d’amélioration :

  • La durée de l’atelier pourrait être augmentée et proposer d’autres réseaux sociaux (3 réseaux avaient été choisis : SnapChat, What’sApp et Instagram. Des demandes ont été exprimées : Twitter et Tik-Tok). Un sondage sur leurs choix de réseaux pourrait être faite au préalable.
  • Un atelier ayant pour thème « les « Haters » (haineux en français), le cyber harcèlement et le cyber sexisme » pourraient compléter cet atelier. Il permettrait de parler du signalement et du blocage des propos haineux sur les réseaux.

Commentaire :

Initialement, l’atelier devait contenir une partie sur le cyber sexisme mais au vu du manque de temps pour aborder ce sujet sensible et délicat (risque de caricature du phénomène et effets délétères sur les victimes potentielles), cette partie a été réduite à quelques remarques et pistes.

c) Stand « permanence ».

 

4 temps « forts » lors de cette permanence :

-3 ateliers autour de l’outil « Médiaphère » :

-1 groupe de 6 garçons.

-1 groupe de 4 filles.

-1 groupe de 6 filles + 1 surveillant.

-1 atelier autour de l’outil « dico des mots » :

-1 groupe de 12 collégiens (3 garçons et 9 filles) et 1 surveillante.

En plus de ces moments, des échanges moins « formels » autour des réseaux ont été possibles avec d’autres jeunes (notamment sur la déconnexion et la désinscription sur les réseaux sociaux)

En conclusion, cette permanence était un moment riche, les échanges étaient pertinents et des réponses ont pu être amenées simplement et efficacement.

Conclusion :

Je commencerais par remercier les personnels de l’établissement pour l’accueil et l’intérêt porté à l’action. L’organisation de l’action a été très bonne et aucun souci logistique majeur n’est à signaler.

L’action vers les 5° a été appréciée dans l’ensemble mais il y a eu beaucoup de plainte quant à la station debout et au manque de communication entre élèves. L’action vers les 4° a répondu aux attentes des élèves (à quelques exceptions près), chaque session a été riche en échanges. La permanence du vendredi était une belle conclusion au projet.

 

4) Le salon des métiers de provins

Le 26 novembre 2019, l’association a rencontré les organisateurs du forum à la Mission Locale de provins.

Une très bonne façon de se faire une idée de ce salon : cette vidéo sur youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=ndP5EXa2mtE

Un stand a été proposé avec les mêmes outils mais l’accent a été mis sur les côtés techniques. En complément nous avons proposé la projection d’une présentation sur l’importance de « l’identité numérique ».

Nous avons accueilli sur le stand à peu près 96 personnes: nous n’avons pris en compte que des personnes (souvent des adolescents) qui sont restés sur le stand soit pour participer à un atelier, soit pour avoir un échange prolongé avec les intervenants. Ce chiffre est malheureusement approximatif au vue de l’afflux sur le stand à certains moments de la journée.

 

-22 jeunes ont pu bénéficier de l’atelier “créer sa première page WEB”.

-La majorité de ceux-ci ont également profité de l’atelier “Ordinateur éclaté”, en y ajoutant ceux qui n’ont pas souhaité ou pas pu par manque de temps et de places disponibles profiter du premier atelier, nous arrivons approximativement à 80 personnes.

-L’outil “les mots du numérique” a permis un échange riche tant avec les adolescents qu’avec les adultes et partenaires.

-D’autres personnes sont venus échanger avec nous sur le numérique avec des questions assez variées.

-Nous avons noué ou renoué des contacts avec de nombreux partenaires.

 

Les autres actions et rencontres en bref et/ou stoppées par la pandémie.

Projet “ordibus” :

Proposition :

Création d’un « ordi-bus ». Ce véhicule équipé en matériel et accompagné de professionnels pourra se déplacer dans les villages à des endroits facilement identifiables par la population (mairie, école, etc…) à la demande des mairies.

Des tranches horaires (par cycle de 2 heures) seront à adapter à la demande. La venue de l’ « ordi-bus » se fera de façon cyclique (1 fois par semaine ou par quinzaine) et devra s’adapter à la demande.

Deux professionnels l’accompagneront : un informaticien et un chargé de projet dans le domaine de l’éducation aux écrans. Des bénévoles ou professionnels des mairies ou associations pourront apporter leurs aides et maintenir le contact hors présence du « bus ».

Les deux professionnels pourront à la demande des mairies proposer une aide à domicile personnalisée en cas d’incapacité pour le bénéficiaire de se déplacer jusqu’au bus.

En parallèle à la venue du bus, les professionnels pourront intervenir dans les écoles et collèges afin d’enrichir des projets d’éducation aux écrans déjà proposés par les instituteurs et professeurs. Et également proposer des temps d’échange avec toute la population sur le sujet.

Point d’évolution :

Maire de Gouaix rencontré est très intéressé mais la pandémie à mis en pause la suite du projet.

Banque « crédit agricole » approché et intéressé.

Devis demandé pour le véhicule.

Le projet est couché sur papier et prêt à être proposé dès que possible.

Projet collège de Bray :

Proposition :

Action en 4 parties :

  1. Formation des éco-délégués :

2 heures/cour 

Contenu :

-Mes connaissances du monde du numérique (échange autour de 25 mots du numérique)

-Mon portable et l’écologie.

-Bonne utilisation des réseaux sociaux (avec notions de cyber sexisme et cyber harcèlement).

  1. Animations pour les 6° :

1 heure/cours par groupe classe

Animation avec l’outil « une histoire numérique »

Objectifs :

-Acquisition de connaissances sur les outils numériques et leurs utilisations.
-Prendre conscience des qualités et dangers associés.
-Identifier et s’approprier des stratégies positives face aux écrans.

NB : Action déjà faite l’année passée (évaluation à la demande).

  1. Animations pour les 4° :

1 heure/cours par groupe classe

Animation d’un atelier information/débat ayant pour thème « les réseaux sociaux et moi »

Objectif :

-Comprendre les politiques de confidentialité, savoir paramétrer et avoir un esprit critique sur sa propre utilisation des réseaux sociaux (3 réseaux choisis : SnapChat, Instragram et What’sApp)

NB : J’ai proposé cette animation à la place du débat mouvant prévu initialement car son succès au sein du collège de Seine-et-Marne (collège Lelorgnes de Savigny). A prouver sa pertinance de cette animation et l’intérêt énorme des élèves pour les informations données. Il s’agit ici de donner des « clés » très importantes et ainsi de proposer une façon de se protéger sur les réseaux sociaux (évaluation à la demande).

  1. Animation d’ateliers « jeu vidéo » durant les pauses méridiennes de la semaine (Possible aussi pendant des temps de permanence).

Horaires et dates à déterminer.

20 minutes par session.

Jeu vidéo utilisé : « Keep talking and nobody explodes »

Jeu collaboratif de résolution d’énigmes. Le niveau de difficulté sera adapté à l’âge (1 niveau pour les 6°, un autre pour les 5° et 4° et un autre pour les 3° et même adulte si besoin)

Point d’évolution :

Association des parents d’élèves et principale adjointe rencontrés et intéressés.

Devis fait et accepté.

Action annulée au vue de la pandémie.

Projet collège de Bouilly :

Proposition :

Durée :

1 journée en présentiel + contact par courriels ou visioconférences à la demande.

Premier contact : ce 13 février 2020 à Troyes.

Contenu de la proposition:

Outil d’animation complet « Histoire du numérique ».

Contenant :

-Fiche outil et fiche animateur.

-Support d’animation entièrement fini fourni.

Soutien à distance à la demande, en amont et en aval des animations. (Apports théoriques, soutien à l’évaluation)

Un jour de présence de la chargée de projet au sein du collège.

Animation de l’outil puis co-animation et enfin soutien à l’animation.

L’outil et l’animation :

Description: Ce jeu propose au participant d’imaginer des scénarios d’utilisations des différents écrans.

Type de support : jeu de création d’histoires.

Public cible : jeunes de 10 à 16 ans. (Pré-requis : savoir lire.)

Autres publics : peut s’adapter à tout public à partir de 10 ans

Durée de l’animation : 1 heure.

Thématique principale : les écrans (jeux vidéo, réseaux sociaux, séries…)

Point d’évolution :

Infirmière scolaire rencontrée.

Devis et convention faits et acceptés.

Action annulée au vue de la pandémie.

Relancé en juin mais au vue de la reprise de pandémie…( action faite fin 2020) (bilan à la demande)

Projet école élémentaire de Gouaix en association avec la bibliothèque de Gouaix :

Proposition :

Ateliers proposé aux élèves par petit groupe lors des visites des classes à la bibliothèque autour de l’outil « Ordi éclaté ».

Point d’évolution :

2 groupes faits et très bon retour des élèves et des institutrices.

Projet stoppé par la pandémie.

Á relancer si possible.

Conclusion :

Cette première année a été riche en rencontres et en actions avant la pandémie de COVID qui a stoppé net les projets en cours si certains projets semblent vouloir repartir le contexte sanitaire ne semble évoluer positivement.

L’association réfléchit à mettre ces projets en pause en attendant un retour à la normale au niveau sanitaire.

Néanmoins, toutes les actions entreprises soulignent les besoins et demandes du terrain.

Bernkens Edith
Présidente